Vers un réseau d’acteurs de la transition écologique

Co-construction et mise en réseau dans le Sud de la Meuse

Dans le Sud de la Meuse, l’association Meuse Nature Environnement (MNE) participe à la co-construction d’un réseau d’acteurs de la transition écologique qui mènent des actions de sensibilisation et d’accompagnement vers un changement de modèle. Premier objectif du réseau : développer la permaculture.  Une première étape qui ne se veut pas limitative.

Depuis plusieurs années déjà, MNE mène des actions sur des thèmes liées au jardin au naturel, aux soins et produits ménagers écologiques ou encore à l’alimentation, la lutte contre le gaspillage, la permaculture dans sa vision globale. La collectivité territoriale Meuse Grand Sud (MGS) qui inclut Bar-le-Duc, s’est intéressée au réemploi, au zéro-déchet, à l’économie circulaire et au Do it Yourself (Faites-le vous-même). Des activités menées en commun ont permis de rencontrer d’autres acteurs aux démarches convergentes.

Un réseau multi-acteurs diversifié

De là s’est renforcée l’envie collective de s’organiser en réseau, d’abord entre acteurs qui « se connaissent bien » puis en élargissant le panorama aux acteurs qui se connaissent moins. Pourquoi un réseau ? Pour s’enrichir mutuellement, se coordonner, faciliter les synergies et être plus efficaces. Ce réseau a été baptisé « Le Bon Sens ».

L’une des originalités de la démarche est de regrouper des acteurs aux statuts divers : collectivités, associations, auto-entrepreneurs ou établissements scolaires. On trouve ainsi parmi les fondateurs :  Meuse Nature Environnement, Communauté d’agglomération de Meuse Grand Sud et son Centre Intercommunal d’Action Sociale, Communauté de communes du Pays de Revigny, Ville de Ligny-en-Barrois, Grandir Ensemble en Meuse (association de parents), Chrysalides et l’école des Trois Cailloux (école alternative Steiner), Au pied de mon arbre (association de promotion de la permaculture), SylvaTerra (conseil et accompagnement en agroforesterie), Perma’Vision et AlterOïko (conseil et accompagnement en permaculture), Jardin de Capucine (comédienne et jardin en permaculture), EHPAD Korian Les Mélèzes (foyer-résidence pour personnes âgées), Tout fait maison (autoentrepreneuse).

Un développement par étapes

Les étapes de développement du réseau sont les suivantes.

  1. Des réunions du groupe fondateur sont mises en place pour structurer la démarche ainsi que pour définir les modes de gouvernance partagée du réseau, l’éthique et les objectifs, le mode de copilotage et de prise de décision collective, les critères d’intégration de nouveaux membres, les actions à porter par le réseau. La gouvernance partagée, la prise de décision participative, la communication non violente ou le partage d’expériences font partie des principes de fonctionnement.
  2. Identifier les membres, les thèmes et le territoire du réseau. Outre les fondateurs, d’autres acteurs peuvent apporter leur pierre à l’édifice grâce à une ou plusieurs compétences spécifiques sur des thématiques comme l’éco-habitat, les énergies renouvelables, la gestion des déchets, les mobilités douces, l’usage raisonné des technologies et outils, les circuits courts, la culture biologique, l’agroforesterie, la lutte contre le gaspillage alimentaire, la biodiversité, la santé et l’environnement, l’éducation ; etc. Certains sont également acteurs ou intéressées par la gouvernance partagée, la communication non violente, la finance solidaire, le design permaculturel, etc.
  3. Démarcher de nouveaux membres et communiquer sur le réseau. Une fois les règles de collaboration établies et la base de fonctionnement stabilisée, le réseau s’ouvrira à de nouveaux membres et démarchera des partenaires potentiels.
  4. Créer des outils de collaboration et de partage. En respectant l’éthique du réseau et son objectif de transition vers des modes de vie et d’action moins impactant, il s’agira de construire ensemble les outils permettant de collaborer et de communiquer, de façon vertueuse. Il s’agira aussi d’identifier précisément et de mutualiser les connaissances et les compétences en recensant celles qui existent dans le réseau, les synergies possibles ainsi que les besoins et attentes.
  5. S’organiser pour communiquer et sensibiliser de façon plus efficiente. La multiplication des actions ne conduit pas forcément à une accélération de la transition écologique du territoire, c’est pourquoi le réseau se donne comme objectif de sensibiliser le public de façon plus efficiente, sans le « noyer » sous une information toujours plus importante mais en lui proposant « l’essentiel » quelle que soit sa situation (territoires ruraux délaissés, difficultés financières…)
  6. Co-construire et mener des actions de sensibilisation. Le réseau permettra de réfléchir ensemble à la construction d’actions de sensibilisation coordonnées et/ou mutuelles, pour plus de lisibilité et d’efficacité.
  7. Mener des actions communes de co-formation et d’expérimentations et d’autres actions.

Quelques informations

  • Type de fiche : Expérience
  • Année de début d'expérience :
    2019
  • Département concerné :
    55

Structure

  • Meuse Nature Environnement
  • 9 allée des Vosges
  • 55000 Bar le Duc
  •  
  • Personne contact: Pauline Cochet
  • 03 29 76 13 14