garden

Les jardins suspendus de Belfort

Intégrer l’apprentissage des techniques permaculturelles au cursus d’études pour impulser le changement de comportement des citoyens- élèves de l’école.

Au cœur de la Ville de Belfort et en réseau sur le territoire, l’Ecole d’art est un lieu charnière qui au delà de son rôle de sensibilisation artistique et d’accès aux pratiques qui y sont liées, à la volonté d’interagir avec différents domaines d’activités. Ses activités lui permettent de croiser de nombreux publics, étudiants, élèves adultes et enfants, enseignants et artistes. Chaque année, l’Ecole participe à la semaine du développement durable par différentes actions : exposition, conférences… Lors de la présentation d’un projet associatif local développé autour de la mise en culture agro écologique de terrains en ville dans le but de réintroduire la question agricole en milieu urbain, l’équipe pédagogique a pris conscience avec les étudiants du déficit de connaissance pratique autour de la production de notre alimentation et par conséquent des enjeux environnementaux qui leurs sont liés. C’est ainsi qu’est né la volonté de lier activité artistique et activité agro écologique par la création de jardins suspendus en permaculture. Les fortifications de Vauban auxquelles l’Ecole est adossée offrent un espace idéal pour valoriser ce qui n’est qu’espace vert débroussaillé une à deux fois l’an.

Il s’agira pour les personnes associées au projet d’apprendre à créer son potager et les moyens de conserver des produits alimentaires naturellement; de reconnaître des plantes communes pour les utiliser à des fins médicinales, mais aussi de mettre ces pratiques en résonance avec le patrimoine et l’histoire du lieu. Cela dans le but de découvrir d’autres habitudes de vivre et de consommer plus respectueuses de la nature et de son contexte.

A termes, le souhait de l’équipe enseignante de l’Ecole est d’intégrer des valeurs et des savoirs écologiques aux différentes formes d’enseignement, pour chacun apprendre à s’affranchir de produits agro- alimentaires ou de grande consommation afin de renouer avec un état d’esprit local et écologique. Mais également de reprendre conscience d’une autre temporalité en renouant avec le cycle naturel des saisons.

 

Les différentes dimensions du projet

Les objectifs du projet sont les suivants

  • Apprendre à jardiner en adoptant des techniques écologiques et valorisant un contexte
  • Développer son autonomie et intégrer ces pratiques à un cursus pédagogique de formation
  • Pratiquer et expérimenter l’économie circulaire
  • Sensibiliser à l’écologie et au développement durable dans un cadre culturel et de pratique artistique

Pour les mettre en œuvre, plusieurs actions liées à l’apprentissage des pratiques agroéocologiuqes et de valorisation des productions sont envisagées :

Pratiques agroécologiques :

Apprendre à jardiner en mettant en place des buttes fertiles et à envisager l’espace du jardin suspendu dans son ensemble ; Apprendre à fabriquer ses propres engrais naturels pour le jardin ; Développer un projet d’apiculture

Expérimenter l’économie circulaire :

Apprendre à recycler, récupérer l’eau, multiplier ses plantes ; Mettre en place un composteur, maximiser les déchets naturels du jardin

Valoriser les productions :

Mise en place d’ateliers de lacto-fermentation, de création de produits médicinaux et/ou cosmétiques à partir de végétaux glanés au jardin

Des actions et événements croisés avec le champ de l’art et du patrimoine seront également organisés.

 

Ce projet se situe à la frontière de deux approches : pouvoir s’adresser aux néophytes en jardinage et étudiants à l’école en inscrivant ces ateliers dans un parcours d’enseignement à but artistique et professionnalisant. Il s’agit de montrer par cette approche éducative transdisciplinaire que des enjeux liés à l’environnement dans la connaissance et la pratique peuvent faire partie de toutes bases de l’enseignement et la formation. C’est cette articulation entre création, patrimoine historique, travail respectueux de la terre, sensibilisation à la biodiversité, dans le domaine de l’enseignement et de la formation qui rend ce projet innovant.

Enfin, l’idée d’intégrer l’apprentissage des techniques permaculturelles au cursus d’études vise le long terme et le changement de comportement des citoyens- élèves de l’école.

 

Gouvernance du projet

Le projet est porté par l’équipe de direction et le bureau de l’association. L’équipe enseignante est d’or et déjà très mobilisée puisque 10 chargés de cours salariés et vacataires sont prêts à s’impliquer dans leur temps de travail et bénévolement ; Les bénéficiaires seront impliqués progressivement dans le projet selon leur motivation : 40 élèves adultes sont déjà prêts à s’impliquer bénévolement. La situation de l’Ecole au cœur de la ville, à proximité de lieux de passage et d’autres écoles, permettra, lorsque le jardin sera mis en place, d’ouvrir cet espace plus largement, dans une vocation de diffusion et sensibilisation.

 

 

Quelques informations

  • Type de fiche : Expérience
  • Année de début d'expérience :
    2018
  • Département concerné :
    90

Structure

  • ASSOCIATION AMBA ( ECOLE D'ART DE BELFORT GERARD JACOT)
  • 2, avenue de l'Espérance
  • 90000 Berlfort
  •  
  • Personne contact: Jean-Marie BOIZEAU
  • 0384366210