bois-foret

Forêt et transition écologique

Comment une commune de moyenne montagne peut dynamiser son territoire par la valorisation de ses ressources naturelles

Dans la commune de Lespinassière (130 habitants) des acteurs du territoire se mobilisent pour développer une filière sylvicole durable qui permettrait de reterritorialiser la production de valeur, de mieux prendre en compte les enjeux environnementaux et de créer des emplois.

L’origine du projet

Le projet est né d’une réflexion sur le centre Emmaus Insertion. En effet, l’activité de ce centre est orientée sur les travaux agricoles et l’entretien des espaces verts et elle connaît donc une période creuse pendant l’hiver. Or, cette période est propice au travail dans les boisements : la plantation, l’entretien, la coupe. A cette réflexion s’est ajouté le constat d’une faible valorisation des ressources en bois de la commune : deux professionnels travaillent à la transformation du bois mais l’immense majorité de la production est vendue sous forme de grumes, sans grande valeur ajoutée pour le territoire.

Le centre Emmaüs, le maire de la commune et sa première adjointe (membre de l’Union Régionale des Communes Forestières, l’URCOFOR) sont particulièrement actifs dans cette réflexion. Peu à peu, d’autres acteurs s’agrègent : des professionnels et des propriétaires forestiers (dont un groupement forestier). De ce fait apparaissent d’autres préoccupations convergentes : la nécessité de diversifier les essences plantées dans un souci de lutte contre les incendies, d’améliorer la biodiversité, de lutter contre les maladies des arbres, de s’adapter au changement climatique, d’apporter de plus de valeur ajoutée au bois en intégrant des essences nobles, de relocaliser la valeur ajoutée.

De cette réflexion concertée entre acteurs locaux naît l’idée d’une filière courte d’exploitation du bois. Rapidement, le projet bénéficie de l’expérience de l’ancien directeur d’une structure d’insertion qui avait développé un atelier bois en approvisionnement local pour la production de mobilier urbain dans le cadre de chantiers d’insertion. Enfin, le projet mobilise la Fédération des Civam pour structurer l’ensemble des actions. Les CIVAM (Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural), qui se sont construits dans les années cinquante, sont des associations d’éducation populaire qui accompagnent l’émergence et la mise en œuvre de projets collectifs sur les territoires ruraux.

Les objectifs

Le projet de développement d’une filière courte de bois permettra de reprendre la main sur le plan de gestion forestier et notamment sur le choix des espèces, de conforter les emplois actuels et de créer des emplois sur le territoire communal.

Le projet a également pour objectifs de valoriser des milieux naturels fermés (c’est-à-dire boisés) suite à l’abandon des cultures en moyenne montagne. En effet, l’ouverture de ces milieux peut acccroître la biodiversité. Le projet vise aussi à transformer des déchets de l’exploitation forestière en produits commercialisables et à replanter les forêts locales avec des essences mieux adaptées au changement climatique.

Les actions

Plusieurs actions sont en projet à court terme :

  • Replantation de feuillus sur une une parcelle de 4 ha autrefois en résineux.
  • Création d’une pépinière en concertation avec d’autres organismes du territoire.
  • Études de faisabilité de production de piquets de ganivelles, de mobilier d’extérieur,
  • Restauration d’une châtaigneraie.

La concertation

Les partenaires initiaux du projet ont contacté d’autres organismes afin de vérifier la validité du projet et structurer la filière : les services de l’Etat (UT 30 et Direccte), la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire, des collectivités locales et territoriales, la fédération des communes forestières, des propriétaires fonciers privés, des organismes de recherche universitaire (SupAgro et AgroParisTech).

La participation des habitants de la commune et des environs est réalisée dans le cadre d’échanges autour de la filière bois avec des communes avoisinantes et dans le cadre de temps d’échanges avec les habitants de la commune de Lespinassière.

La concrétisation de la mobilisation des citoyens devrait permettre de proposer aux propriétaires forestiers un plan de gestion du massif forestier garantissant la prise en compte des enjeux environnementaux, l’adaptation au changement climatique et le soutien au développement d’emplois et de valeurs sur le territoire communal.

La prise en compte de l’intérêt des différents acteurs dans la durée passera par la constitution d’une SCIC qui aura pour objet de valoriser la ressource forestière du territoire communal au travers de projets économiques ou non et diversifiés qu’il reste à finaliser.

Quelques informations

  • Type de fiche : Expérience
  • Année de début d'expérience :
    2018
  • Département concerné :
    11

Structure

  • Fédération départementale des CIVAM de l'Hérault
  • Maison des agriculteurs Bât. B, Mas de Saporta - CS 50023
  • 34875 Lattes Cedex
  •  
  • Personne contact: Raphaël Lebeau
  • 04 67 06 23 40